L’histoire et les traditions du Jour des morts

Le Jour des morts est une fête traditionnelle mexicaine qui se déroule dans la nuit du 31 octobre au 2 novembre. Alors que les habitants de différents pays d’Amérique latine honorent leurs morts de différentes manières durant les deux premiers jours du mois de novembre, c’est au Mexique que le rituel spécifique du Jour des morts est né. Comme le veut la tradition, pour commencer avec les célébrations, le Paseo de la Reforma (une avenue de Mexico) est envahi par les ” Mexicraneos “, d’énormes pièces en forme de crâne décorées par des artistes.

Une brève histoire du Jour des morts !

La pratique de la décoration de crânes est active au Mexique depuis longtemps. Dans le pays, la mort est un phénomène avec lequel les gens sont intimement liés depuis des millénaires ; et le crâne, ou plutôt la tête-de-mort, est un symbole vital, dont certains se moquent, d’autres prient et d’autres encore décorent pour honorer leurs morts. Mais nous ne parlons pas seulement des crânes en sucre et en chocolat. Vous pouvez en apprendre plus ici sur le phénomène des crânes au Mexique et les rituels des Mexicraneos “.

Le Jour des morts combine les traditions catholiques de la Toussaint et du Jour des fidèles disparus avec les rituels aztèques d’hommage aux morts. La tradition est née dans le sud du Mexique, il y a plus de trois mille ans, avec les premières célébrations des âmes mortes. Lorsque les Espagnols sont arrivés, ils ont essayé d’arrêter la célébration parce qu’elles ne s’alignaient pas sur leurs propres croyances. Mais rien ne pouvait arrêter l’amour et l’enthousiasme des indigènes pour ce jour, et avec le temps, la date a prospéré et évolué.

Le Jour des morts est désormais reconnu au-delà des frontières mexicaines. Elle a fait l’objet d’une attention particulière aux États-Unis en raison de l’importante couverture médiatique dont elle a fait l’objet et de la croissance de la population d’origine mexicaine. Malgré ce que son nom suggère, le Jour des Morts est un jour de joie. Au cœur de cette journée, la mort est reconnue comme faisant partie de l’expérience humaine, visant à honorer la vie des défunts afin qu’ils puissent un jour, se réveiller de leur sommeil éternel.

Une exposition qui célèbre une relation festive avec la mort

À bien des égards, la valeur de cette grande exposition sur le Paseo de la Reforma est qu’elle nous fait partager l’idée que notre propre corps, même s’il périt, continuera à s’épanouir de manière insoupçonnée. C’est peut-être l’un des messages clés de la célébration du Jour des morts. Chaque créateur ajoute sa touche personnelle et en profite pour mettre en valeur un trait d’une culture complexe. Le résultat est magnifique et constitue une manière très particulière de maintenir cette relation intense, festive et millénaire avec la mort.

Ici, on peut rencontrer certains des artistes participants à cette exposition urbaine et lire ou entendre des explications sur leurs créations. Chaque pièce est complètement différente et tente d’apporter un message spécial aux spectateurs. Certains célèbrent la culture populaire, d’autres sont plus réfléchis et tournent autour d’un message plus ou moins pertinent, il y en a aussi qui sont complètement abstraits et vous pouvez en savoir davantage dans un autre article que nous avons écrit.

On peut voir des crânes partout pendant le Jour des Morts, des épiceries de sucre aux créations en papier mâché pour décorer les maisons et les autels. Certains crânes portent sur le front les noms des proches décédés pour s’en souvenir. La signification du crâne et du squelette en ce jour est d’honorer le caractère continuel de la vie, de rire joyeusement de la mort et de l’accepter comme faisant partie de la vie de tous les jours.