Comment réussir son dossier VAE, la validation des acquis de l’expérience ?

Qu’est-ce que la VAE ?

La VAE, ou validation des acquis de l’expérience, est une procédure permettant à des travailleurs expérimentés de minimum un an d’obtenir une certification professionnelle.

C’est une voie d’accès à la certification, parallèle au niveau scolaire, BTS ou universitaire.

Qu’il s’agisse de métiers issus de l’hôtellerie, de l’immobilier, de l’informatique, du marketing, de l’optique, du secteur médical, de la boulangerie ou encore de la coiffure, l’objectif du VAE est de postuler à un diplôme et une reconnaissance grâce à l’expérience acquise dans sa fonction de prédilection.

La demande doit être validée dans un point information conseil régional ou via une université – Cnam compétente, si vous avez déjà une idée précise du diplôme souhaité.

Outre les démarches d’inscription et de validation, l’étape la plus importante est la remise du dossier écrit, qui doit être bien ficelé.

Un jury composé d’enseignants et de professionnels examinera attentivement votre dossier. Mieux vaut être persuasif et professionnel à l’écrit, car l’oral suivra ensuite.

Écrire et réussir son dossier VAE

C’est la deuxième étape, et probablement là où une bonne partie de l’obtention de votre VAE va se jouer. Après avoir obtenu la validation de votre dossier de recevabilité, ou « livret 1 », vous voilà à devoir écrire votre dossier, le « livret 2 ». Celui qui sera lu par votre jury et qui sera soutenu oralement par la suite.

Gardez toujours à l’esprit que l’expérience est au cœur de votre dossier. Cette expérience doit être conséquente, mais aussi rester honnête et sans exagération. Il est clair que vous ne pouvez pas tout savoir, et seuls les philosophes en sont conscients. Mettez cependant l’accent sur votre envie d’apprendre durant votre carrière, et quels ont été les moyens pour la satisfaire.

N’hésitez pas à rentrer dans le pointilleux, tout en évitant de sortir de la thématique du diplôme espéré.

Pensez à réaliser un plan bien précis.

Rédaction de votre introduction, CV, activités précises exercées dans l’entreprise, bibliographie, annexes, maîtrise des mots…

Ouvrez l’attention quant à la qualité rédactionnelle de votre texte et à la prolifération des fautes d’orthographe, de grammaire, de typographie, de style…

Autant d’étapes qui demanderont un certain professionnalisme de votre part, voire un professionnalisme certain.

Dans le cas où la maîtrise du français ne serait pas votre point le plus fort, et si vous n’avez que peu d’expérience dans la présentation d’un mémoire ou d’un tfe, n’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel dans la correction de votre VAE. Il s’agit là d’un moyen rapide, très efficace et économique (une petite centaine d’euros, parfois moins, selon la taille) de grappiller des points précieux et de hausser le niveau de votre dossier écrit livret 2 VAE et d’en obtenir une réelle plus-value.

Les prix peuvent cependant être quadruplés si vous choisissez un accompagnant individualisé directement lié à votre institution, comme à l’Université de Tours (environ 700 €), ou à l’Université d’Orléans (près de 1800 €).

L’oral, l’ultime épreuve

Ca y est, le jour de la présentation orale est arrivé. Cette étape aussi se prépare. Tout est censé se trouver dans l’écrit. Le jury, lui, examinera les éventuelles défaillances de votre dossier écrit et poussera le questionnement sur des détails pointilleux.

Entraînez-vous à voix haute et simulez les réponses questions dans votre chambre, votre bureau ou même votre salon face à votre moitié ou encore vos enfants !

Ici aussi, il n’est pas donné à tout le monde de maîtriser l’oral ou d’être maître inné en conférence. Imaginez devoir répondre à chaque chapitre à chaque question afin d’être prêt et d’éviter le « blanc ». Restez dans votre thématique.

Relaxez-vous cependant. Le jury n’a pas pour objectif de vous faire échouer, mais de vous accepter dans une dimension supérieure, avec un diplôme à la clé.

Toutes ces modalités en valent la chandelle.

Courage, et bonne chance !